Dégazages low cost

Publié le par nolowcost

La publication de la décision de la Cour de Cassation au sujet du navire TransArtic donne l'occasion aux associations Surfrider Foundation Europe et France Nature Environnement de s'insurger aujourd'hui, dans un communiqué de presse, contre "les dégazages low cost" à l'origine de nombreuses pollutions maritimes, citant le cas du navire Vytautas, battant pavillon lituanien, qui a dégazé dans les eaux françaises le 5 juin 2007 :

"Il a écopé en Lituanie d’une sanction inférieure à 30 000 € ; jolie économie lorsque l’on sait ce que coûte l’entretien des cuves dans des infrastructures portuaires appropriées. Cette affaire a été présentée devant les juridictions françaises où Surfrider et FNE s’étaient constituées partie civile contre l’équipage, bien conscient du caractère non dissuasif de la sanction prise en Lituanie. En première instance celui-ci a été condamné à une amende de 700 000 € nettement plus adéquate. L’équipage a fait appel… Les deux organisations attendent… Si, comme on peut le craindre, la Cour d’appel suit le positionnement juridique de la Cour de Cassation, les pollueurs pourront continuer de dégazer en paix." Et de conclure, "la convention de Montego Bay (1982) en laissant la priorité aux Etats du pavillon ouvre la possibilité aux pavillons de complaisance d’appliquer des sanctions low cost qui ne tiennent pas compte des enjeux écologiques."

Dans notre livre, nous consacrons un long chapitre à l'impact environnemental - catastrophique - du low cost. Nous abordons de nombreux domaines (alimentation, transports, tourisme de masse, etc) mais la pollution maritime liée au dégazage low cost nous avait échappée. Là aussi, les petites économies font les grandes marées noires...

Publié dans Environnement

Commenter cet article