Ryanair condamné à 3 millions d’euros pour non assistance

Publié le par nolowcost

Le nuage de cendres volcaniques va finir par coûter cher à la compagnie aérienne irlandaise. Nous reproduisons ici l'article de Air Journal :

 

 

L’Organisation italienne de l’aviation civile (ENAC) a condamné la low cost irlandaise Ryanair à 3 millions d’euros pour non assistance aux personnes  privées de vol en raison du nuage de cendres volcaniques.

Selon l’ENAC (Organisation italienne de l’aviation civile), Ryanair n’a pas suivi ses obligations lors de l’ultime, exceptionnelle et totale paralysie aérienne d’avril dernier. Au total, ce sont 178 cas qui ont été considérés par l’ENAC comme contrevenant aux devoirs légaux d’assistance aux passagers aériens, ce qui lui coûtera la somme (sous forme d’amendes) de 3 millions d’euros. 
Les reproches envers la compagnie à bas coût concernent surtout un vol de passagers bloqués sur l’aéroport romain de Ciampino. Aucun repas, ni boisson, et encore moins des nuits d’hôtels n’avaient été proposés par Ryanair contrairement à l’obligation valable dans ce type de cas de force majeure. Ce sont L’ENAC elle-même, ainsi que la Protection civile italienne et la société de gestion de l’aéroport (ADR) qui avaient dû se substituer à la low cost irlandaise en portant assistance aux passagers, restés en rade en raison du nuage de cendres.
Pour remuer un peu plus le couteau dans la plaie de la compagnie irlandaise, l’ENAC a souligné que la quasi-totalité des autres compagnies aériennes avaient, quant à elles, suivi leurs obligations d’assistance. Rappelons qu’en ce qui concerne les dédommagements dus aux annulations de vols, Ryanair s’était démarqué en refusant d’allouer une somme forfaitaire, supérieure à celui du billet acheté par son client. La Commission européenne avait alors rétorqué par la voix de son porte-parole en charge des transports : « Il n’y a pas de droits des passagers au rabais pour les compagnies à bas coûts. Ryanair devra les appliquer comme toute autre compagnie ».

Publié dans Aviation

Commenter cet article