Ryanair : les Palois ne veulent plus être pris pour des dindons !

Publié le par nolowcost

Nous épinglons, dans notre livre No Low Cost, les méthodes de Ryanair qui consistent à transférer le coût de ses billets sur le budget des collectivités. Nous nous sommes plus particulièrement arrêtés sur le cas de l'aéroport de Pau-Pyrénées en montrant de quelle manière les contribuables locaux sont les premiers dindons de la farce. L'actualité rebondit aujourd'hui, dans le quotidien Sud-Ouest, avec le "coup de gueule" de l'agglomération paloise...

L'Agglomération de Pau dit stop aux méthodes de Ryanair

La collectivité refuse de payer quatre fois plus pour maintenir les lignes low-cost sur Londres et Charleroi et ajouter Beauvais.

Dindon.jpgLa Communauté d'agglo de Pau rejoint le banc des collectivités qui dénoncent « les méthodes de Ryanair » en matière de financement des lignes low-cost. Dans un communiqué adressé hier soir à notre rédaction, l'Agglo indique en effet que la compagnie irlandaise réclame à ses financeurs institutionnels « une participation quatre fois plus élevée que celle versée actuellement ».

Pour maintenir les lignes qui relient l'aéroport de Pau à Londres et Charleroi, et ouvrir une ligne directe sur Beauvais, le transporteur réclamerait donc 1,4 million d'euros par an, sur deux ans, à partager entre les collectivités du Béarn, le Conseil général et la Chambre de commerce et d'industrie de Pau. Les maires de l'agglo de Pau ont fait le calcul. La facture passerait de 100 000 ? aujourd'hui à 400 000 ? demain. Le couteau sous la gorge, c'est-à-dire, « dans l'urgence » et « sans discussion ».

Lacq et Pau divergent

« Ryanair a fait savoir son intention, en cas de refus, de déplacer ces lignes vers l'aéroport de Tarbes », expliquent les élus palois, qui condamnent vertement « la mise en concurrence des territoires » à l'heure où l'on recherche au contraire les coopérations. Réunis en bureau, les maires ont donc décidé d'aller jusqu'à 250 000 ?, ce qui représente déjà « 2,5 fois plus qu'aujourd'hui ». Un chiffre que conteste le président de la Communauté de communes de Lacq, David Habib, comme il conteste le caractère d'urgence évoqué. « Il y a trois semaines qu'on en parle, et l'Agglo de Pau paye déjà 200 000 ? ! »

Et l'élu mourenxois de laisser entendre que la position paloise du moment s'explique par le conflit qui l'a récemment opposé à Martine Lignières-Cassou sur l'utilisation à venir des 15 millions d'euros du Bureau de développement économique... En tout cas, « le bassin de Lacq a besoin de l'aéroport. C'est pour cela qu'on finance son développement. Et ça passe par les low-cost. » La réunion du syndicat mixte de l'aéroport, vendredi, à Pau, sera l'occasion de tirer l'affaire au clair.

Auteur : A.B. - Mardi 19 Janvier 2010 - Sud-Ouest

Publié dans Aviation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

history dissertation 26/01/2010 14:43


I have been visiting various blogs for my dissertation research. I have found your blog to be quite useful. Keep updating your blog with valuable information... Regards