L'huile de palme ne passera pas... chez Casino !

Publié le par nolowcost

huile-de-palme.jpgEnfin une bonne nouvelle au Pays des bas coûts : le groupe Casino renonce à l'huile de palme. Le remplacement des ingrédients nobles par des ingrédients bon marché, comme l'huile de palme, est un thème que nous abordons dans notre livre No Low Cost. Pour rappel, la culture de l'huile de palme à la base de nombreux produits alimentaires low cost est un drame pour l'environnement. Des forêts primaires sont chaque année dévastées pour produire de l'huile de palme au nom de la course folle aux bas prix. Peu importe qu'il s'agisse ou non, de la part de Casino, d'une habile opération de communication pour se reverdir le blason à bon compte. Un premier pas vient d'être franchi. On ne peut que s'en réjouir et vous inviter à signer la pétition lancée par WWF pour cesser les déforestations liées aux cultures de l'huile de palme et du soja.

Communiqué de presse du groupe :

Le Groupe Casino s’engage à supprimer l’huile de palme de ses produits à marque propre

200 produits sans huile de palme fin 2010, la totalité des produits à terme.

Après avoir été le premier distributeur à signer la « Charte d’engagements volontaires de progrès nutritionnel  » avec les ministères de la Santé et des Sports, de l’Agriculture et de la Pêche, de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi dès 2008, le Groupe Casino s’engage aujourd’hui à supprimer l’huile de palme de ses produits.

L’huile de palme est une matière grasse végétale. Même si elle présente une bonne stabilité à très haute température ou confère aux aliments une texture croustillante, sa consommation massive peut présenter des risques pour la santé et l’environnement :
- sur le plan nutritionnel, cette huile est riche en acides gras saturés qui, consommés avec excès, élèvent le taux de cholestérol dans le sang et augmentent le risque cardiovasculaire
- sur le plan environnemental, son utilisation induit une culture intensive des palmiers à huile au détriment des forêts en Asie. Cette déforestation entraîne une perte de la biodiversité végétale et animale en réduisant notamment le milieu de vie de certaines espèces locales.

Concrètement, ce nouvel engagement se traduira par plus de 200 références garanties sans huile de palme d’ici la fin de l’année 2010. Aujourd’hui, les produits contenant de l’huile de palme ont été répertoriés et les modifications de recettes nécessaires (remplacement par de l’huile de colza ou de tournesol par exemple) sont en cours. A terme, aucun produit alimentaire Casino ne contiendra d’huile de palme.

Pour les produits non alimentaire de marque Casino, pour lesquels il n’existe pas d’intérêt nutritionnel, il sera utilisé de l’huile de palme certifiée durable.
13 produits facilement identifiables grâce à un macaron présent sur leurs emballages sont d’ores et déjà disponibles dans les magasins Casino (Géant Casino, Casino supermarché, Petit Casino, Spar et Vival), parmi lesquels :

Cette initiative portée par la direction de la qualité est partagée à tous les niveaux de l’entreprise et par les différentes enseignes du groupe. Ainsi, Franprix et Leader Price (produits Leader Price) et Monoprix (produits Monoprix) adoptent la même démarche.

Depuis 2008, le Groupe Casino s’est engagé dans 3 domaines de progrès nutritionnels : l’amélioration de la qualité nutritionnelle des produits (réduction des teneurs en sel, gammes spécifiques pour les besoins nutritionnels des enfants, …), l’incitation à la consommation des fruits et légumes , et l’information aux consommateurs. En matière de développement durable, Casino est le premier distributeur à mesurer l’impact environnemental de ses produits avec « l’indice carbone ». La suppression de l’huile de palme dans les produits Casino répond parfaitement à ce double engagement : progrès nutritionnel et progrès environnemental.


Publié dans Grande distribution

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

No Low Cost 06/05/2010 10:16


http://www.knowckers.org/2010/05/la-guerre-de-l%E2%80%99information-sur-l%E2%80%99huile-de-palme/

La guerre de l’information sur l’huile de palme

5 mai, 2010

Depuis que Nestlé est accusé de mettre à mal les populations locales de la forêt indonésienne en traitant avec un fournisseur qui y extrait de l’huile de palme, nous sommes en droit de nous
demander si le groupe a prévu de rectifier le tir. Pourrons-nous bientôt consommer en toute bonne conscience ?
Retour sur un évènement resté discret dans la presse mais particulièrement bruyant sur la toile. Tout commence le 18 Mars lorsque Greenpeace attaque le groupe Nestlé violemment en l’accusant
d’avoir entrepris la déforestation de l’Indonésie et le massacre des orangs-outans qui peuplent les forets. Origine de l’accusation : Nestlé utiliserait de l’huile de palme issue directement de ces
forêts. C’est une catastrophe écologique selon Greenpeace qui n’hésite pas à mettre en œuvre tous les moyens pour créer un buzz contre la multinationale suisse. Citons notamment un clip parodiant
une publicité Kit Kat, particulièrement cinglante et jouant sur les émotions. Un site et un blog dédiés sont créés. Des logos détournés sont laissés à disposition des internautes qui, dans un effet
de mode, se les approprient dans leurs profils de réseaux sociaux. Enfin, des affiches sont déployées dans certaines rues.
Le coup est dévastateur pour Nestlé qui doit maitriser la furie des consommateurs sur le web. Pourtant on constate que sa stratégie de communication est déplorable, le groupe n’arrive pas à calmer
le jeu. Au contraire, après une absence de réponse à cause du week-end, Nestlé finit par répondre violemment aux commentaires laissés par les internautes, ce qui a pour effet la perte totale de
contrôle de l’opinion publique. Il serait temps que les entreprises reconnaissent que les réseaux sociaux sont désormais un vecteur d’information puissant, car rapide, très accessible et par
conséquent peu contrôlable. Après avoir supprimé puis rétabli arbitrairement sa page de profil sur internet, Nestlé concède un changement de politique d’approvisionnement au bout de cinq ans ! Nous
ne pouvons être qu’abasourdis par un tel délai quand on sait que la marque a extrait 320 000 tonnes d’huile de palme en 2009. L’achat d’une huile certifiée durable signifie un changement radical de
fournisseur, et cela ne peut se faire en quelques jours.
Cependant si l’utilisation d’huile de palme non certifiée réveille les ONG pour ses conséquences sur l’environnement, l’aspect sanitaire n’a pas vraiment été soulevé. Maxi-Sciences rappelle que
l’huile de palme peut aussi être responsable de problèmes de santé, voire provoquer certains cancers. Nestlé a-t-il prévu la sécurité sanitaire de ses consommateurs pendant les cinq années de
renouvellement de sa matière première ?
Notons que Casino a su tirer rapidement son épingle du jeu en annonçant dès le 25 Mars que le message « Sans huile de palme » sera inscrit sur des centaines de produits de la marque. Qu’en est-il
des autres centaines de produits, en particulier non-alimentaires ? L’enseigne a-t-elle aussi prévu de stopper l’utilisation d’additifs, de pesticides et d’OGM? Composants dont la plupart sont
présumés voire reconnus dangereux pour la santé.
L’affaire Nestlé cache décidément une problématique bien plus vaste. Une enquête des Amis de la Terre révèle qu’un produit sur deux dans les supermarchés Auchan, Leclerc et Monoprix contient de
cette « matière végétale ». Les grands consommateurs de Nutella, Kinder et autres confiseries savent-ils que Ferrero use abondamment d’huile de palme dans la fabrication de ses produits ?
Information que l’industriel lui-même indique dans la FAQ de son propre site…


vlp 26/03/2010 11:08


une bonne chose !